Des laques aux motifs de nacre, un portrait de mon aïeule vietnamienne en costume traditionnel de soie peinte et brodée, sa théière en porcelaine finement décorée sertie d’argent, tous ces trésors du décor familial influenceront fortement mon imaginaire. De cet héritage oriental, naîtra mon goût de la délicatesse et du raffinement.

Mon grand-père menuisier-ébéniste, quant à lui, me léguera l’amour du travail bien fait. C’est dans son atelier des Hautes-Alpes imprégné des senteurs de bois et de teintures, fascinée par les patines, les panneaux sculptés et ciselés, intriguée par les ballots de laine et les épaisses toiles de coton de ma grand-mère matelassière que je créerai patiemment tout un monde miniature : petits meubles, vêtements de poupées tricotés avec des brindilles taillées.

De mes racines, j’hériterai la précision du geste, la passion des matières nobles ainsi qu’un attachement profond au patrimoine artisanal et culturel.

Plus tard, dans une société d’impression en tant que designer textile, je découvre l’alchimie des couleurs reproduites sur de magnifiques nuanciers en tissu. Puis, pour des maisons aussi prestigieuses que Cerruti ou Lancel, je conçois des imprimés, des accessoires (chaussures, chapeaux) et des objets de décoration (vases, services à thé…).

Ainsi l’art de la table, puis les bijoux, deviennent pour moi de véritables espaces de création et de liberté, instants précieux où je conjugue savoir-faire ancestral et nouvelles techniques.